Connaître les substances chimiques de notre quotidien

Temps de lecture : 5 minutes Publié le 05 juillet 2019 - Mis à jour le 05 juillet
  • A
  • A
  • A
une femme fait du tri pendant qu'un homme passe l'aspirateur

Connaître les substances chimiques de notre quotidien

  • A
  • A
  • A

Les substances chimiques font partie de notre quotidien. On en trouve partout, sans même nous en rendre compte. Parfois, être en contact avec certaines de ces substances chimiques à des moments particuliers de notre vie peut avoir des effets sur notre santé ou sur celle de notre enfant. Les périodes de développement sont particulièrement sensibles. La science nous permet actuellement de ne connaitre qu’une partie des impacts de ces nouvelles substances chimiques. Connaitre ces substances et les réglementations peut nous aider à comprendre notre exposition et ses effets. Il est aussi possible de diminuer notre exposition à ces substances en adoptant quelques modifications dans notre quotidien.

D’où proviennent les substances chimiques ?

Il y a les substances chimiques d’origine naturelle. Elles proviennent des animaux, des végétaux, des minéraux ou encore des micro-organismes.

Et, il y a les substances chimiques d’origine synthétique. Elles sont fabriquées par l’Homme. Aujourd’hui, il en existe des millions et leur nombre augmente chaque année.

Où les trouve-t-on ?  

Les substances chimiques sont présentes dans les produits de consommation courante : les aliments, les produits ménagers, de bricolage, les vêtements, les cosmétiques, les meubles ou encore les appareils électriques.

Elles sont partout car on les utilise pour leurs propriétés. Par exemple :

  • Les conservateurs augmentent la durée d’utilisation des produits, notamment dans l’alimentation ou les cosmétiques,
  • Les emballages facilitent le transport des produits,
  • Les matières plastiques permettent de remplacer des matériaux bruts comme le bois dans beaucoup d’objets,
  • Certains composants chimiques rendent l’entretien des vêtements plus facile,
  • Certains composants chimiques apportent une odeur ou une apparence agréable,
  • Certains composants chimiques ont des propriétés désinfectantes…

Les substances chimiques peuvent pénétrer dans l’organisme lorsque l’on mange, respire, porte la main à la bouche ou par contact avec la peau.

Quels sont leurs effets sur la santé ?

Certaines de ces substances sont sans conséquence pour notre santé. D’autres ont des effets reconnus. Elles peuvent être notamment allergisantes, cancérigènes, mutagènes, reprotoxiques (CMR), ou sont considérés comme des perturbateurs endocriniens.
Quelle que soit la substance chimique, les effets sur notre santé dépendent :

  • du type de substance chimique,
  • de la fréquence à laquelle on y est exposé,
  • de la durée d’exposition,
  • et de la quantité à laquelle on est exposé (sauf pour les « perturbateurs endocriniens »).

Ces effets sur notre santé peuvent être immédiats : brûlure, irritation de la peau, démangeaison, asphyxie.

Ils peuvent aussi apparaître suite à des expositions répétées et provoquer différents types d’allergie : cutanée, respiratoire...

Enfin, ils peuvent être différés dans le temps, ce qui rend plus difficile la détection et la perception de ces effets pourtant bien réels. Ils peuvent aussi parfois même n’apparaître que dans la descendance comme les effets cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques (CMR).

En revanche, très peu d’études ont été menées pour :

  • connaitre les effets de l’exposition à plusieurs substances chimiques en même temps (« effet cocktail »),
  • caractériser l’exposition de notre quotidien : c’est encore très compliqué de mesurer cette exposition et de la relier à un effet sur notre santé.

Quand ces substances chimiques ont-elles le plus d’effet ?

Durant certaines périodes de la vie, nous sommes plus sensibles à l’exposition aux substances chimiques comme lors du développement chez un enfant : dès le début de la grossesse et jusqu’à la fin de la puberté.

Quelle est la réglementation européenne sur les substances chimiques ?

La règlementation agit notamment pour limiter l’utilisation des substances chimiques qui ont des effets reconnus sur notre santé.

En France, tous les produits commercialisés doivent être conformes aux réglementations et aux normes françaises et aux réglementations et normes édictées au niveau européen.

Par exemple, le règlement européen REACH est destiné à enregistrer, évaluer et autoriser les substances chimiques au niveau européen. Ce règlement s’applique à toutes les substances chimiques vendues ou importées par les industriels pour être utilisées ensuite notamment par les consommateurs.

Il a notamment pour objectif de renforcer la protection de la santé humaine et de l’environnement contre les risques que peuvent provoquer les produits chimiques tout en régulant la mise sur le marché de substances chimiques.

Il existe aussi un règlement concernant la mise sur le marché des produits biocides : désinfectants, produits de protection du bois par exemple, produits de lutte contre les nuisibles (insecticides, répulsifs…).

Ce règlement a notamment pour objectif de permettre le fonctionnement du marché de ces produits dans l’Union européenne tout en garantissant un niveau élevé de protection de la santé humaine et de l’environnement.

Enfin, le règlement CLP attribue une classe de danger à une substance chimique.

Cette classification est élaborée à partir des connaissances scientifiques disponibles sur les propriétés dangereuses des substances. Elle doit permettre une information claire sur les classes de danger des substances ou mélanges mis sur le marché et auxquelles peuvent être exposés notamment la population générale. C’est grâce à l’étiquetage des produits chimiques.

Il existe aussi des réglementations au niveau européen propres à certains types de produits comme la réglementation des produits cosmétiques ou celle applicable aux jouets. Pour ces produits, il existe donc des obligations à respecter avant et après la mise sur le marché.

  • Pour les produis cosmétiques, il s’agit notamment de garantir que les produits mis sur le marché sont sûrs pour la santé humaine lorsqu’ils sont utilisés dans des conditions normales d’emploi ou raisonnablement prévisibles.
  • Pour les jouets destinés aux enfants, il est fait obligation qu’ils soient conformes aux normes de sécurité définies par la norme jouet (absence de substances dangereuses, propriétés mécaniques et physiques du jouet…)

BON A SAVOIR

Le bisphénol A, substance chimique formellement identifié comme un perturbateur endocrinien, a été interdit en 2010 dans les biberons, puis en 2015 dans tous les contenants alimentaires.

Sur quoi repose la réglementation ?

Pour définir les dangers d’une substance chimique, il est nécessaire de s’appuyer sur des études scientifiques. Elles doivent être suffisamment nombreuses et concluantes pour être prises en compte.
Il peut arriver que certaines réglementations ne visent à protéger qu’une partie de la population, les femmes enceintes ou les enfants notamment.

BON A SAVOIR

Le bisphénol A, substance chimique formellement identifié comme un perturbateur endocrinien, a été interdit en 2010 dans les biberons, puis en 2015 dans tous les contenants alimentaires.

Où en est la recherche ?

La recherche permet d’étudier :

  • Les mécanismes d’action de la substance chimique sur l’organisme à partir de cellules ou de modèles animaux,
  • L’apparition de pathologies en lien avec l’exposition à une substance chimique.

Il faut généralement beaucoup d’études avec un bon niveau scientifique pour mettre en évidence un effet sur la santé. Cela principalement pour deux raisons :

  • les études menées sur des cellules ou chez des animaux ne sont pas directement transposables à l’Homme,
  • les études menées chez l’Homme permettent difficilement de faire le lien entre l’exposition à une substance chimique et une pathologie. C’est compliqué car nous sommes exposés à un grand nombre de polluants en même temps et tous les jours. De plus, certains effets peuvent arriver des années après l’exposition, voire même être transmis à la descendance. Ce sont les effets transgénérationnels.

La majorité des études scientifiques sont envisagées substance chimique par substance chimique. Elles ne portent donc que sur une petite partie des substances qui existent. Elles concluent à un effet ou non, avec des niveaux de preuve variables. En plus, sauf exception, elles ne tiennent pas compte des effets combinés entre les substances (« effets cocktails »).

C’est pourquoi dans de nombreux cas, des effets dangereux sont suspectés mais ne sont pas complètement avérés chez l’Homme.

Mais si les résultats des différentes études disent la même chose, cela permet de conclure sur l’existence ou non d’un effet sur la santé.

ON Y PENSE

Consulter le site européen de l’ECHA pour en savoir plus.

Que faire pendant la grossesse ?

L’amélioration des connaissances et la réglementation permettent de réduire notre exposition à ces substances chimiques. 
Nous pouvons aussi agir pour cela par quelques adaptations dans notre quotidien, comme :
-    améliorer la qualité de notre air intérieur,  
-    repenser nos habitudes de course,  
-    être attentif au travail 
-    et de nombreux autres gestes...

Ces adaptations peuvent aussi nous aider à réduire notre exposition aux risques physiques (ondes)  ou biologiques (microbes). 

ON Y PENSE

Consulter le site européen de l’ECHA pour en savoir plus.

En pratique

La grossesse et l’arrivée de bébé entraînent de nombreuses questions et interrogent nos habitudes de vie. En cliquant sur les objets des espaces du logement, nous obtenons pas à pas des conseils pratiques sur des sujets qui nous préoccupent : substances chimiques, accidents domestiques, virus, mais aussi bien-être, alimentation, relation avec bébé…

Sante-Publique