Limiter les perturbateurs endocriniens, c’est possible

Temps de lecture : 4 minutes Publié le 26 juin 2019 - Mis à jour le 26 juin
  • A
  • A
  • A
le contenu d'un récipient en plastique est transvasé dans une assiette avant de le chauffer au micro-ondes

Limiter les perturbateurs endocriniens, c’est possible

  • A
  • A
  • A

Certaines substances présentes dans notre environnement pourraient modifier le fonctionnement de notre système hormonal, que l’on soit un homme ou une femme. Ce sont les perturbateurs endocriniens. Par précaution, il est possible de réduire notre exposition à ces substances.

Quelles sont ces substances ?

De nombreuses substances chimiques synthétiques sont considérées comme perturbateurs endocriniens.
Les plus connus sont les parabènes (certains produits d’hygiène), le bisphénol A (certains articles en plastique, revêtements internes des boites de conserve), les phtalates (certains articles en plastique mou), ou des pesticides comme la chlordécone. On trouve aussi des retardateurs de flamme dans les meubles rembourrés, des composés perfluorés dans certaines casseroles anti-adhésives, du Triclosan dans des déodorants ou des dentifrices.

Il existe aussi des perturbateurs endocriniens d’origine naturelle comme les phytoestrogènes présents notamment dans le soja ou certaines huiles essentielles.

Ces substances pénètrent dans l’organisme en mangeant, en respirant ou par contact avec la peau.

Le niveau de danger de ces substances est très variable. On considère que ces substances sont des perturbateurs endocriniens avérés lorsqu’on dispose de la preuve de leur toxicité élevée. Leur utilisation est alors limitée, voire interdite. En l’absence de preuve scientifique suffisante, les autres substances sont aujourd’hui considérées comme des perturbateurs endocriniens suspectés.

Quand sont-ils les plus dangereux ?

Selon les perturbateurs endocriniens, certains agiraient encore plus fortement pendant le développement de l’enfant, de la grossesse jusqu’à la fin de la puberté.

Pourquoi les limiter ?

Les perturbateurs endocriniens modifient le bon fonctionnement de nos organes qui produisent des hormones. Ces hormones sont essentielles à notre santé, notre équilibre et notre développement. 
Les études menées auprès de la population ont montré une augmentation de certaines pathologies comme par exemple, 

  • Chez les hommes, des malformations de l’appareil uro-génital ou une baisse de la qualité du sperme c’est-à-dire une diminution de la fertilité. 
  • Chez les femmes, une puberté précoce. 
  • Pour les fœtus, des anomalies de développement avec des risques de naissances prématurées, de faibles poids à la naissance, de diabète ou d'obésité.
  • Chez les hommes et les femmes : des cancers hormonaux dépendants (cancers du sein, de l’utérus, des ovaires, des testicules, de la prostate). 

Il peut exister aussi des effets particuliers lorsque plusieurs substances sont présentes en même temps dans l’organisme : on appelle cela l’effet cocktail.

LES INGRÉDIENTS, CE N’EST PAS UN DÉTAIL

Quand on est enceinte ou lorsque bébé est arrivé, il existe quelques astuces pour réduire les expositions : on varie les achats de produits et on privilégie les quelques produits indispensables ; on préfère les produits avec une liste de composants la plus courte ou on peut aussi choisir des produits avec des labels environnementaux.

Comment les limiter ?

On en trouve partout et il est impossible de tous les supprimer. Mais certains gestes simples de tous les jours permettent de diminuer de manière importante son exposition aux perturbateurs endocriniens. Ces gestes concernent l’alimentation ou les produits du quotidien.

La réglementation agit aussi pour limiter l’utilisation de ces substances. Dès que les études scientifiques ont apporté suffisamment de preuves, ces substances sont considérées comme des perturbateurs endocriniens avérés.

Une date importante, 2015 : en Europe, interdiction du bisphénol A dans les biberons et en France dans les matériaux au contact des aliments (emballages  en plastique, boîtes de conserve, etc.). 

LES INGRÉDIENTS, CE N’EST PAS UN DÉTAIL

Quand on est enceinte ou lorsque bébé est arrivé, il existe quelques astuces pour réduire les expositions : on varie les achats de produits et on privilégie les quelques produits indispensables ; on préfère les produits avec une liste de composants la plus courte ou on peut aussi choisir des produits avec des labels environnementaux.

C’EST VOUS QUI LE DITES

« Je mets désormais mes aliments dans des boites en verre » (Caroline, 28 ans)
« Pour les jouets en plastique pour mon bébé, je préfère ceux achetés après 2015 » (Samir, 42 ans)
« J’achète uniquement les produits indispensables à mon usage quotidien » (Léa, 25 ans)

Où en est la recherche ?

Si on sait aujourd’hui que les perturbateurs endocriniens sont présents dans notre organisme et agissent à faible dose, nous ne savons pas encore tout non plus. Nous connaissons, grâce à des études scientifiques, certains effets sur les animaux. Mais comment ces substances agissent-elles sur l’homme ? Que se passe-t-il quand l’exposition, même faible, à une substance dure longtemps ? Que se passe-t-il du fait que nous sommes exposés à de nombreuses substances en même temps (effet cocktail) ? Cette incertitude est liée au fait que chacun de nous est exposé à de nombreuses substances tous les jours, et qu’elles agissent parfois de longues années après. Il est donc difficile de faire le lien avec l’arrivée d’une maladie.

En attendant que la science avance et par précaution, il est préférable et possible de réduire ses expositions aux perturbateurs endocriniens.

En savoir plus : 

C’EST VOUS QUI LE DITES

« Je mets désormais mes aliments dans des boites en verre » (Caroline, 28 ans)
« Pour les jouets en plastique pour mon bébé, je préfère ceux achetés après 2015 » (Samir, 42 ans)
« J’achète uniquement les produits indispensables à mon usage quotidien » (Léa, 25 ans)

En pratique

La grossesse et l’arrivée de bébé entraînent de nombreuses questions et interrogent nos habitudes de vie. En cliquant sur les objets des espaces du logement, nous obtenons pas à pas des conseils pratiques sur des sujets qui nous préoccupent : substances chimiques, accidents domestiques, virus, mais aussi bien-être, alimentation, relation avec bébé…

Sante-Publique