Mettre de côté l’alcool pendant la grossesse, par précaution

Temps de lecture : 4 minutes Publié le 19 juin 2019 - Mis à jour le 19 juin
  • A
  • A
  • A
une femme enceinte entourée d'amis boit un verre sans alcool

Mettre de côté l’alcool pendant la grossesse, par précaution

  • A
  • A
  • A

Quand on attend un enfant, on s’interroge parfois sur la quantité d’alcool que l’on peut boire sans risque pour la santé du bébé. Aujourd’hui, aucun spécialiste ne peut affirmer qu’un seul verre d’alcool soit sans risque pour le fœtus. C’est pourquoi il est recommandé de ne consommer aucun alcool pendant la grossesse. Certaines femmes décident de se passer de vin et de bière, et de toute autre boisson alcoolisée, dès le projet de bébé. Pour d’autres, l’arrêt se décide à l’annonce de la grossesse. 


C’est une nouvelle habitude à prendre et le conjoint peut y jouer un rôle important. Si l’arrêt est difficile, le personnel soignant qui suit la grossesse ou des professionnels spécialisés peuvent être une aide précieuse.

ON EN PARLE

« J'ai consommé de l'alcool avant de savoir que j'étais enceinte. Je me sens coupable. Est-ce grave pour mon bébé ? Que dois-je faire ? » ​​​​​(Céline, 32 ans). Nous sommes nombreuses à paniquer parce que nous avons bu de l’alcool au début de notre grossesse. Le mieux est d’en parler à un professionnel (médecin généraliste, gynécologue, sage-femme ou encore échographiste) qui suit notre grossesse. Il nous aidera et répondra à nos questions. Il fera particulièrement attention lors des examens prénataux comme l’échographie.

À quel moment mettre l’alcool de côté ?

Dès les premières semaines de la grossesse, le placenta laisse passer l'alcool. Le foie du bébé est en développement. Il est petit et élimine très lentement l’alcool.

En ne buvant pas d’alcool pendant la grossesse, on évite des risques importants pour le développement du bébé : malformations des organes, en particulier du cerveau.

Pour éviter tout risque pour la santé de bébé, il est recommandé de ne pas boire pendant la durée de la grossesse.

Si on a consommé de l’alcool, il faut savoir que l’arrêt est bénéfique à tout moment de la grossesse.

ON EN PARLE

« J'ai consommé de l'alcool avant de savoir que j'étais enceinte. Je me sens coupable. Est-ce grave pour mon bébé ? Que dois-je faire ? » ​​​​​(Céline, 32 ans). Nous sommes nombreuses à paniquer parce que nous avons bu de l’alcool au début de notre grossesse. Le mieux est d’en parler à un professionnel (médecin généraliste, gynécologue, sage-femme ou encore échographiste) qui suit notre grossesse. Il nous aidera et répondra à nos questions. Il fera particulièrement attention lors des examens prénataux comme l’échographie.

ON Y PENSE AUSSI

L’arrêt de l’alcool est bénéfique pour le bébé mais le futur parent peut aussi en tirer un bénéfice : on diminue le risque de fatigue, de tension artérielle trop élevée, de troubles du sommeil, de problèmes de mémoire ou de concentration, de dépression, et on évite la prise de poids liée à l’alcool (l’alcool pur contient des calories et favorise le stockage des graisses).

Quels sont les alcools à éviter ?

Tous les alcools sont à éviter. Un demi de bière, un verre de vin, une coupe de champagne ou un verre de rhum contiennent la même dose d’alcool. Soit environ 10 grammes d’alcool pur.

équivalence alcool

 

ON Y PENSE AUSSI

L’arrêt de l’alcool est bénéfique pour le bébé mais le futur parent peut aussi en tirer un bénéfice : on diminue le risque de fatigue, de tension artérielle trop élevée, de troubles du sommeil, de problèmes de mémoire ou de concentration, de dépression, et on évite la prise de poids liée à l’alcool (l’alcool pur contient des calories et favorise le stockage des graisses).

ON SE LE DIT 

« Ma voisine m’a dit qu’elle a bu quelques verres pendant sa grossesse et que cela n’a eu aucune conséquence pour son bébé » (Raïssa, enceinte de 5 mois)

Seule l’absence totale d’alcool permet d’éviter tout risque.

Comment résister ?

Les occasions de boire sont nombreuses : dîner entre amis, anniversaire, réveillon, mariage... Pour nous aider à résister, il existe quelques astuces :

  • Ne pas hésiter à emporter une boisson non alcoolisée qu’on aime particulièrement quand on va chez des amis.
  • On peut opter pour les eaux aromatisées, saines, peu caloriques et rafraichissantes en journée : mélanger de l’eau plate ou pétillante avec des fruits ou des herbes et laisser reposer au réfrigérateur.
  • En soirée, on peut opter pour les mocktails (cocktails sans alcool, aux fruits, au thé, aux fleurs…). Internet regorge de recettes maison faciles à réaliser. Smoothies, jus de fruits et tisanes bio sont aussi d’excellentes options pour boire sans danger.
  • Proposer un défi à des personnes de son entourage : zéro alcool pour elles aussi ! Pendant toute une soirée, ou même sur la durée de la grossesse pour les plus motivées !
  • Personne ne sait qu’on attend un enfant ? On peut alors inventer une excuse pour ne pas boire : la prise d’un médicament, un fort mal de tête, une consommation d’alcool importante la veille…

ON SE LE DIT 

« Ma voisine m’a dit qu’elle a bu quelques verres pendant sa grossesse et que cela n’a eu aucune conséquence pour son bébé » (Raïssa, enceinte de 5 mois)

Seule l’absence totale d’alcool permet d’éviter tout risque.

MA COMPAGNE EST ENCEINTE

Comment l’aider à ne plus boire d’alcool ? En tant que futur parent, on est un soutien important pour sa compagne. Pourquoi ne pas arrêter nous aussi de boire pendant la grossesse ? Ce sera plus facile pour elle de ne pas être tentée de prendre un verre. Et dès l’annonce de la grossesse :

- on a vraiment envie de prendre un verre ? On évite, par solidarité, de boire devant elle et on ne lui en propose pas.

- Elle a vraiment du mal à arrêter ? On ne la critique pas. On ne la brusque pas. On l'écoute pour l’encourager et on lui conseille de contacter Alcool Info Service.

Par qui et comment se faire aider ?

L'arrêt de l'alcool peut être difficile voire impossible pour certaines femmes enceintes. Le personnel soignant qui suit la grossesse peut répondre aux questions. Il peut aussi mettre en place un suivi adapté si besoin.

Des équipes spécialisées sont aussi disponibles pour accompagner en toute discrétion et sans jugement les femmes enceintes ayant des difficultés avec l’alcool. Elles peuvent proposer des solutions personnalisées.

Alcool info service au 0 980 980 930 permet aux futures mamans, et à toutes les personnes qui souhaitent parler de leur consommation d’alcool, de bénéficier d’une écoute bienveillante et sans jugement, 7 jours sur 7, de 8h à 2h. Appel anonyme et non surtaxé.

Demander de l’aide n’est pas facile. Mais il faut savoir que diminuer sa consommation quel que soit le moment de la grossesse est toujours bénéfique pour le bébé.

Pour plus d’informations, on n’hésite pas à se rendre sur le site d'Alcool info service.

MA COMPAGNE EST ENCEINTE

Comment l’aider à ne plus boire d’alcool ? En tant que futur parent, on est un soutien important pour sa compagne. Pourquoi ne pas arrêter nous aussi de boire pendant la grossesse ? Ce sera plus facile pour elle de ne pas être tentée de prendre un verre. Et dès l’annonce de la grossesse :

- on a vraiment envie de prendre un verre ? On évite, par solidarité, de boire devant elle et on ne lui en propose pas.

- Elle a vraiment du mal à arrêter ? On ne la critique pas. On ne la brusque pas. On l'écoute pour l’encourager et on lui conseille de contacter Alcool Info Service.

En pratique

La grossesse et l’arrivée de bébé entraînent de nombreuses questions et interrogent nos habitudes de vie. En cliquant sur les objets des espaces du logement, nous obtenons pas à pas des conseils pratiques sur des sujets qui nous préoccupent : substances chimiques, accidents domestiques, virus, mais aussi bien-être, alimentation, relation avec bébé…

Sante-Publique